Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ben et Sly

Ecouter les mp3

cliquez sur les liens ci-dessous pour accéder aux articles et écouter les mp3
CDF
12 mars 2005 6 12 /03 /mars /2005 00:00
Jean Charal est Boucher. C'est d'ailleurs une sacrée coïncidence puisqu'il n'a aucun rapport le grand producteur de viande de boeuf.

""
Mais Jean Charal est aussi musicien. Il termine d'ailleurs sa dernière tournée,commencée il y a deux mois à la salle des fêtes de Martigny le Compte,dans le Charolais.

Il a alors traversé nos petits villages de Francejusqu'à Paris ou il fait l'évènement à la cloture du Salon de l'agriculture les 5 et 6 Mars derniers.
La renommée de la nouvelle artiste Jeanne Cherhal est une autre coïncidence.

Pour n'anecdote, PDC a rencontré Jean Charaldans sa boucherie de la rue du centre, à Chevagny-sur-guye.
JC : Le public est toujours plus enthousiaste, je pense que ma musique est dans l'air du temps : une mélodie simple, sur une musique simple. Les gens en ont assez des chanteurs à voix. Toutes ces Maurane, Lara Fabian et autres nous fatiguent. Maintenant les gens veulent des textes freudonnés sur des musiques qui nous reposent.

PDC : Quelles sont vos sources d'inspirations ? Comment composez-vous vous oeuvres ?

JC : J'observe la vie des gens qui m'entourent. Par exemple, la chanson du p'tit chat gris, c'est pasque y'a un chat gris dans mon immeuble.
PDC : Conaissez-vous l'artiste Jeanne Cherhal ?

JC : On m'a parlé d'elle au salon. J'ai d'ailleurs été attiré par la ressemblance troublante avec mon nom et, après avoir écouté son album, j'ai constaté à quel point son inspiration était proche de la mienne.

Concernant la musique, ses lignes mélodiques sont très proches. Je me semande si elle utilise, tout comme moi, la "technique du culbuto".

Cette technique consiste à placer un culbuto sur un clavier et à lui doner, à chaque début de couplet, une impulsion, qui génère une première ligne mélodique.
PDC : Que de coïncidences !!

JC : oui, mais ce n'est pas tout. J'ai aussi l'habitude de tronçonner les textes. Le principe est le suivant : vous prenez à texte à 12 pieds, vous les coupez par blocs de 8 et tout ce qui dépasse tombe dans le vers suivant. On supprime alors les rimes, j'aime pas trop les rimes...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben & Sly - dans Les artistes engagés
commenter cet article

commentaires

Articles Récents